Ouf, il y a longtemps que je vous ai donné de mes nouvelles!

Il s’est passé beaucoup de choses depuis mon dernier billet.

Notre déménagement est terminé. Je suis maintenant un Ontarien à temps plein. C’était beaucoup de travail, de longues journées, des chandails détrempés… Par contre, ça valait la peine!

Notre nouveau quartier est très calme et nos voisins sont bien sympathiques. C’est toujours un peu inquiétant quand on ne sait pas sur qui on va tomber, mais pour l’instant, on dirait que nous avons eu de la chance. Espérons que ça continuera!

J’ai réalisé une chose que j’avais oubliée depuis notre dernier déménagement : nous en avons, du stock!

Même si nous achetions moins de choses depuis quelque temps, même si nous avons vendu et donné beaucoup de choses, il nous en restait encore beaucoup. Au total, les déménageurs ont transporté près de 200 boîtes! Le camion, un 53 pieds, était rempli aux trois quarts, environ!

Une rentrée pas comme les autres

Lorsque la possibilité de déménager en Ontario a été soulevée pour la première fois, j’ai tout de suite pensé aux enfants. J’ai déménagé souvent quand j’étais jeune, mais nous allions jamais bien loin. Je ne changeais pas d’école. Je n’ai jamais changé de province, en tout cas.

Je craignais donc que les enfants s’ennuient du monde qu’ils avaient bâti à La Prairie, de leurs amis. Et Fiston, en plus de changer de province, commençait la 7e année (on appelle ça l’école intermédiaire, ici), ce qui, en soi, est un gros changement.

Mais, jusqu’ici, mes craintes n’étaient pas fondées. La rentrée s’est très bien déroulée. Les deux s’adaptent bien à leur nouvel environnement. Et ils continuent à converser régulièrement avec leurs amis grâce à la magie de l’internet.

Et Papa a poussé deux gros soupirs de soulagement!

De petites différences

J’avais bien hâte de voir quelles allaient être les différences entre le Québec et l’Ontario, au niveau de la culture, bien entendu, mais aussi des finances.

Bon, je n’ai pas eu le temps de tout découvrir en 3 petites semaines très chargées, mais je dois avouer qu’il y a quand même certaines différences auxquelles nous devrons nous ajuster.

Les collectes de recyclage et d’ordures, par exemple, ne sont pas les mêmes. À La Prairie, les ordures étaient ramassées chaque mardi et le recyclage, le jeudi (carton, plastique et verre).

Ici, les ordures sont ramassées tous les deux jeudis, en même temps que le recyclage du plastique et du verre. Le carton est ramassé l’autre jeudi. Par contre, le compost est ramassé toutes les semaines. (Il y a aussi un projet pilote en cours pour ramasser les couches jetables des enfants.)

Pour l’instant, cet horaire de collectes me pose des problèmes. On produit beaucoup de recyclage en ce moment, avec tout ce que l’on achète et tout ce que l’on jette en faisant le ménage. Le carton a été ramassé jeudi dernier et déjà, le bac déborde. Et les deux bacs de carton étaient pleins une heure après le dernier ramassage. Il faut dire que les anciens propriétaires avaient laissé beaucoup de vidanges et de recyclage derrière eux.

Vider le garde-manger (et le remplir!)

Ce n’est pas un secret pour personne : déménager, ça coûte cher! On dirait qu’on n’en finit plus de sortir notre portefeuille.

Dans le cadre de ce déménagement, nous avons eu une petite surprise qui s’est avérée quelque peu coûteuse…

L’entreprise de déménagement (qui nous a été imposée) qui s’est chargée de notre transfert ne transportait aucune nourriture, sèche ou humide, ni de liquides; pas de savon, de produits nettoyants, de boissons, de riz, etc. Nous avons été en mesure de donner la presque totalité de ce que nous n’avions pas consommé avant de partir; peu de choses se sont retrouvées à la poubelle.

Ce qui fait que, depuis 3 semaines, nous regarnissons notre garde-manger et notre frigo. Puisque certaines choses ne pouvaient pas attendre, je n’ai pas pu appliquer toutes mes techniques de cheap. Et après seulement trois semaines, je ne connais pas encore les cycles de vente des épiceries.

En conséquence, les factures d’épicerie sont assez salées ces temps-ci. Mais nous y allons graduellement, en achetant strictement ce dont nous avons besoin dans l’immédiat.

Varia

  • Si vous suivez Mon Fric à moi sur Facebook, vous avez sans doute remarqué une petite nouveauté depuis quelque temps.

Chaque vendredi, je propose un défi aux lecteurs qui me suivent. Ces défis ne sont pas toujours reliés aux finances. L’inspiration m’est venue en lisant les tweets d’un blogueur américain et j’ai trouvé l’idée intéressante. Donc, si ce n’est pas déjà fait, suivez-moi sur Facebook et préparez-vous pour votre prochain défi!

  • Le 3e anniversaire du blogue approche à grands pas.

Trois ans, ce n’est pas vieux pour un humain, mais pour un blogue, c’est une éternité.

Donc, la cure de rajeunissement de Mon Fric à moi est en cours. Je ne vous en dirai pas plus pour l’instant, mais j’espère être en mesure de vous dévoiler le tout bientôt!

 

J’espère être en mesure de vous revenir sous peu pour vous en dire plus sur cette aventure et sur nos finances! À bientôt!